03 85 26 08 08 Retour

Livraison de combustibles, Béton , matériaux et assainissement | Chauffailles et Charolles - Bourgogne - Saône et Loire

Préparer son coulage

Vous trouverez les articles suivants:
-Les joints dans la dalle
-Préparer son coulage étapes 1, 2, 3 et mise en place
-La cure
-Ouvrages et structures agricoles

Les joints dans les dalles de béton

Les dalles de béton sont sujettes à des variations de longueur et de volume

Selon l'amplitude de ces variations, des dommages permanents peuvent être causés à la structure. Pour contrer ces effets, la pratique recommandée consiste à introduire des joints aux endroits appropriés tout en respectant les règles de construction et de cure des dalles de béton :
-Chaque dalle entre les joints doit être la plus carrée possible; le ratio longueur/largeur doit être inférieur 1,5

-La distance entre les joints doit être inférieure à environ 24 à 36 fois l'épaisseur de la dalle1, mais sans dépasser 4,5 m

-La rainure des joints doit avoir une profondeur minimale d'un quart ( 1/4 ) de l'épaisseur de la dalle

-Des joints de retrait doivent être localisés à tous les coins rentrants (coins avec angles de plus de 90° C). Afin de prévenir la fissuration, une des solutions consiste à insérer de l'armature dans la dalle.

-Les intersections en " T " doivent être évitées, car une fissuration aléatoire traverse fréquemment la dalle suivante.



Types de joints :
-Joints de désolidarisation : Les joints de désolidarisation, aussi appelés joints d'expansion, permettent les mouvements différentiels horizontaux et verticaux des parties contiguës d'une structure.

-Joints de retrait : Les joints de retrait, aussi appelés joints de contrôle, de rupture ou de contraction, servent à relâcher les tensions internes de retrait au séchage et de mouvement thermique dans le béton.

-Joints de construction : Les joints de construction sont employés lors d'un arrêt prolongé du bétonnage et sont souvent agencés en conformité avec le patron de joint de contrôle ou de désolidarisation afin de respecter l'esthétique de l'ouvrage. Lorsqu'il n'y a ni joint de retrait ni joint de désolidarisation, un joint de construction plat est suffisant pour les dalles minces. Pour des dalles plus épaisses et supportant des charges importantes, il faut effectuer un joint de construction plat goujonné. Cette pratique est utile pour éviter la formation de joint froid lors d'un arrêt. Pour une dalle non armée, il faut effectuer un joint de construction plat avec tirants


Nous vous recommandons de :
-Prévoir l'emplacement exact de tous les joints avant la construction
-Préparer la fondation granulaire de manière appropriée afin de permettre les mouvements
ultérieurs de la dalle
-Construire les joints selon les plans et devis tout en suivant les règles générales
-Effectuer la cure selon les exigences afin de permettre au béton de développer des propriétés mécaniques optimale


Préparer son coulage

Etape 1: Calculer son volume de béton

Avant de passer commande, il convient de connaître le volume de béton nécessaire aux travaux à exécuter. Pour un élément de forme simple (dalle, poutre, etc), il suffit de multiplier la longueur par la largeur et par la hauteur (en mètre).


Par exemple : Pour une dalle de 10m de longueur par 5m de largeur avec une épaisseur de 12cm
Soit 10 x 5 x 0,12 = 6m3

Il est important que les dimensions (longueur, largeur et hauteur) de votre ouvrage soient prises le plus précisément possible et que vous utilisiez le mètre comme unité de mesure.


Etape 2: Vérifier l’accès

En cas de livraison sur chantier, l'endroit précis de déchargement, qui devra être clairement précisé lors de votre commande, devra être accessible par une voie carrossable, sans dangers et sans risques. Le client doit assurer et prendre en charge sous sa responsabilité la direction des manœuvres nécessaires pour l'accès et la circulation sur le chantier. Nous déclinons toute responsabilité si un dommage quelconque advenait sur ce chantier par un de nos véhicules de transport, en raison d'un accès difficile ou d'un terrain non approprié.

Cette étape est primordiale pour la réussite du coulage, c'est pourquoi nous vous proposons (gratuitement) de venir vérifier cet accès avec vous avant la livraison.

Il faut savoir que nos bétons sont livrés par camion-toupie, l'accès au point de coulage doit ainsi tenir compte des dimensions et du poids de nos matériels.

Par exemple, dans le cas où l'accès au point de coulage oblige à passer par un portail, il faut savoir vérifier par rapport aux dimensions du camion mais aussi de son inclinaison lors du passage.

Dans le cas de la présence d'une ligne électrique avoisinante au point de coulage et l'utilisation d'une pompe, d'un camion-malaxeur pompe ou d'un camion-malaxeur tapis, il est impératif de spécifier la présence de la ligne électrique lors de votre commande.

Nous pouvons aussi vous conseiller sur le choix entre l'utilisation du camion tapis, ou alors du camion pompe.

Finalement, c'est la distance entre l'aire de stationnement et de distribution de la toupie, et le lieu de coulage de l'ouvrage qui va déterminer le mode de distribution du béton :

-La Goulotte présente sur tous les camions : est un demi tuyau placé à l'arrière du camion toupie. Son orientation à 180° lui permet de guider le béton sur l'ouvrage, sa portée varie de 2 à 3m. Elle peut être éventuellement augmentée grâce à des tuyaux (5 mètres au total). (Pour cela il faut de la pente et le béton ne doit pas être trop sec)

-Le Tapis : est un tapis roulant qui achemine le béton au point de coulage. Il permet de passer par-dessus des obstacles d'une hauteur maximum de 7m, sur une distance de déchargement de 15m. Il est souvent utilisé pour le coulage de fondations, de dallages, de planchers de maisons individuelles ou de bâtiments

- La Pompe ou Pumi: est un grand tube qui permet d'effectuer un coulage rapide. Il achemine le béton dans les endroits éloignés ou difficile d'accès. Il a une hauteur pouvant atteindre les 18m et une distance de déchargement de 13m maximum


Etape 3: Livraison du béton

Précaution d'emploi pour la manipulation en toute sécurité du ciment, du béton ou du mortier frais.

Il faut savoir que le ciment est une poudre qui forme une pâte une fois mélangé avec de l'eau. Quand il est mélangé avec de l'eau et d'autres constituants, il forme du mortier ou du béton. Ces préparations sont naturellement fortement alcalines donc brûlantes et corrosives.

Tout contact cutané et oculaire est à éviter car cela peut conduire à des irritations, des brûlures et des lésions allergiques. Les risques augmentent si on laisse le matériau frotter de façon prolongée contre la peau (par exemple à l'intérieur de bottes ou de gants ou à travers des vêtements saturés).

Le respect des conseils ci-dessous est indispensable, que vous utilisiez du béton ou du mortier fait par vos soins ou bien livrés (avec une toupie par exemple).


Il ne faut pas:
-Manipuler du ciment ou du béton à mains nues
-Prendre à mains nues un outil imprégné de ciment, de mortier ou de béton frais
-S'agenouiller dans le béton frais ou dans un milieu humide contenant du ciment

Gestes conseillés:
-Utiliser des crèmes protectrices avant et après le travail sur les mains et les avant-bras
-Porter des gants imperméables doublés de coton mais surtout pas de gants de cuir
-Porter des vêtements imperméables couvrant tout le corps que vous laverez à la fin du travail
-Porter des bottes étanches et des genouillères imperméables si les pieds et les genoux risquent d'entrer en contact avec le béton ou le mortier frais
-Porter des lunettes de protection
-Tenir les enfants éloignés des lieux de stockage et d'utilisation
-Pendant la durée de prise du béton ou mortier (quelques heures) éviter l'accès aux ouvrages

En cas d'irritation ou de douleurs persistantes, ou en cas d'ingestion accidentelle, consulter un médecin.

En cas de contact avec les yeux, rincez immédiatement abondamment et longtemps avec de l'eau froide et claire, consulter rapidement un spécialiste.

En cas de contact sur les vêtements retirez-les immédiatement et nettoyez correctement les parties du corps qui étaient en contact avec ceux-ci.


Mise en place :

Une fois le béton déversé dans le coffrage préalablement mis en place, le répartir sans attendre à la pelle sur l'ensemble de la surface. Le béton frais peut être travaillé pendant environ 1h30 (durée réduite par temps chaud).

Tirer ensuite le béton à la règle puis talocher et lisser.

Il est conseillé de décoffrer au moins 24 h après les travaux dès que l'on peut marcher sur la dalle. Attendre 5 à 6 jours pour l'accès des véhicules.


La cure

Procédé permettant au béton de maintenir des taux d’humidité et de température adéquate durant une période définie

Essentielle, elle permet au béton de développer les propriétés requises telles que la durabilité, l'étanchéité, la résistance à la compression et à l'usure, la stabilité volumétrique, la résistance au gel/dégel et aux sels déglaçant.


Types de cure :
-Cure de base : 3 jours à une température > 10°C ou pendant le temps nécessaire pour atteindre 40% de la résistance spécifiée.

-Cure supplémentaire : 7 jours à une température > 10°C et pendant le temps nécessaire pour atteindre 70% de la résistance spécifiée. Lorsqu'on utilise du béton à la fumée de silice, on doit recourir à des méthodes de cure additionnelles.

-Cure prolongée : Période de cure par voie humide de 7 jours > 10°C. Les types de cure acceptables sont les suivantes: nappe d'eau, arrosage continu, matériau absorbant ou toile maintenue continuellement mouillée.


Méthodes de cure :
-Vaporisation de produits de cure formant une membrane : Ils doivent être appliqués rapidement sur le béton frais ou sur les surfaces de béton après le décoffrage. De plus, ces produits doivent être vaporisés manuellement ou mécaniquement, en respectant le taux d'application recommandé par le manufacturier.

-Arrosage et vaporisation d'eau : L'arrosage continu ou la vaporisation sont des méthodes de cure souhaitables lorsque la température ambiante est à > 10°C et que le taux d'humidité relative est très faible. Le béton doit demeurer humide, car l'alternance de cycles de mouillage/séchage altère la qualité de surface.

-Application de toiles imbibées d'eau : Les toiles imbibées d'eau sont faites de coton, de jute, de géotextiles ou d'autres matières capables de retenir l'eau et sont fréquemment utilisées. Les toiles doivent être exemptes d'apprêt ou d'autres substances incompatibles avec le béton ou qui peuvent le décolorer.

-Utilisation de nappes d'eau et l'immersion : L'utilisation de nappes d'eau et l'immersion sont les méthodes les plus efficaces pour éviter les pertes d'humidité et maintenir le béton à une température uniforme. La différence de température entre l'eau et le béton doit être de moins de 10°C afin d'éviter les fissures de retrait thermique.

-Utilisation de pellicules de plastique ou de papier imperméable : L'utilisation de pellicules de plastique ou de papiers imperméables peut s'avérer suffisante sur des surfaces horizontales ou sur des bétons structuraux ayant des formes simples.


De manière générale, nous vous recommandons de :
-Evaluer le taux d'évaporation et d'humidité de la surface de béton et appliquer des mesures supplémentaires de protection nécessaire.
-Protéger le béton de toute perte d'humidité
-Choisir et appliquer la méthode de cure adéquate
-Débuter la cure immédiatement après les opérations de finition


Réalisation d'ouvrages et structures agricoles

Les constructions destinées à une activité agricole sont spécifiques car elles sont exposées à des agressions de gaz et substances spécifiques

Réalisation d'ouvrages et structures agricoles


Selon la norme NF P 11-213 sur les dallages, l'épaisseur minimum requise pour résister aux contraintes est de :

-13 cm avec armature (ou fibre structurelle) pour les dallages uniquement circulés par les animaux

-15 cm avec armature (ou fibre structurelle) pour les dallages circulés par des engins (tracteurs, camions, chariots élévateurs...)

Cependant, nous vous conseillons une épaisseur respective de 15cm (au lieu de 13cm) et 20cm (au lieu de 15cm) pour une résistance optimale de votre dalle.



Conseils :

-Pour les sols limoneux, argileux ou rocheux, l'installation d'une couche de matériaux est parfois nécessaire pour assurer un niveau de portance suffisant.

-Prévoir une pente allant de 2 à 4% pour permettre l'écoulement d'eau ou de matières agressives (purin, ensilage) vers un caniveau de récupération.

-Attention, en fonction des ouvrages, certains bétons seront fortement conseillés, comme le C35/45 XA2 pour par exemple les fosses à lisier, les silos, les logettes, .... Ou le C30/37 XF2 pour les aires soumises au gel/dégel.

-Pour la réalisation du bétonnage veuillez suivre les étapes et les préconisations des articles précédents


Un devis, une livraison, contactez-nous

Chauffailles : Zone industrielle 71170 Chauffailles - Charolles : Zone du Prétin 71120 Charolles